PORTRAITS

Marie-Thérèse Cellier

 

La Terre Mère, la nature, le jardinage et, … enfin : la glaise, la Terre que je façonne pour lui donner apparence, et forme.

Lorsque je travaille la Terre, je sens du plus profond toute sa douceur, sa sensualité, sa chaleur, … Je peux la sublimer et l’aimer profondément.

Quelle satisfaction, quel bonheur après les cuissons, de voir les couleurs dont les arts du feu ont paré la pièce terminée. La magie du feu une fois encore a opéré !

Marie-Thérèse

Betty Huyts

 

La découverte de l’atelier « Au Tour De la Terre », m’a donné l’envie de laisser libre cours à ma créativité. Le contact de la terre au bout de mes doigts pour modeler mes sculptures me donne des pétillements de joie, des sensations inédites que je transforme en sculpture

La féminité des personnages que je façonne en donnant à leurs poses et visages 1001 expressions, se retrouve dans les imprimés de dentelles, et les émaux à effets. Elles n’attendent que la musique pour se présenter et danser comme dans un défilé.

Mes tartinières et suspensions sont pour moi un moment de relâchement agréable, où se prolongent à volonté les effets de dentelles et l’application d’émaux acidulés.

Betty

Betty Huyts

 

La découverte de l’atelier « Au Tour De la Terre », m’a donné l’envie de laisser libre cours à ma créativité. Le contact de la terre au bout de mes doigts pour modeler mes sculptures me donne des pétillements de joie, des sensations inédites que je transforme en sculpture

La féminité des personnages que je façonne en donnant à leurs poses et visages 1001 expressions, se retrouve dans les imprimés de dentelles, et les émaux à effets. Elles n’attendent que la musique pour se présenter et danser comme dans un défilé.

Mes tartinières et suspensions sont pour moi un moment de relâchement agréable, où se prolongent à volonté les effets de dentelles et l’application d’émaux acidulés.

Betty

Laura Lamouchi

 

De l’Argile Utile.
Futile. Subtile. Tactile.

J’ai le goût des lignes simples, épurées.
Inspirée par les textures animales, minérales, végétales, abyssales…
La trace est là, elle décore, fait éclore.

Souvent maîtrisée, contrôlée, la terre peut aussi m’étonner!
Me prendre par les mains,
me guider sur des chemins de liberté.
Me révéler.

Laura

Philippe Looze

 

J’ai rencontré la céramique en repeignant la corniche d’un atelier de poterie à Findhorn en Écosse, en observant les artisans par la fenêtre. Ils m’ont invité à boire le thé et, j’ai décidé de suivre leur formation. Nous avons fait des cuissons au bois à la température du grès.

La passion pour les théières m’est resté. J’ai ensuite exploré d’autres formes : il s’agit de visualiser et puis, d’extraire des formes de l’univers non-manifesté pour les projeter dans notre réalité quotidienne. La magie du grès : c’est comme faire surgir des formes dans de la « pierre neuve », c’est refaire le travail alchimique que la terre fait dans les volcans !

Au cours des années, j’ai pratiqué le tournage et la technique des plaques, créé mes propres émaux à haute température.

Philippe

Philippe Looze

 

J’ai rencontré la céramique en repeignant la corniche d’un atelier de poterie à Findhorn en Écosse, en observant les artisans par la fenêtre. Ils m’ont invité à boire le thé et, j’ai décidé de suivre leur formation. Nous avons fait des cuissons au bois à la température du grès.

La passion pour les théières m’est resté. J’ai ensuite exploré d’autres formes : il s’agit de visualiser et puis, d’extraire des formes de l’univers non-manifesté pour les projeter dans notre réalité quotidienne. La magie du grès : c’est comme faire surgir des formes dans de la « pierre neuve », c’est refaire le travail alchimique que la terre fait dans les volcans !

Au cours des années, j’ai pratiqué le tournage et la technique des plaques, créé mes propres émaux à haute température.

Philippe

Patricia Pirard

 

Lors d’un travail en Afrique et d’un voyage d’agrément dans l’Aveyron : je découvre la terre. Quelques années plus tard, mon envie de créer, et de m’évader se concrétise en modelant des petits personnages assis qui regardent et laissent le temps passer au gré de leur plaisir …

Me vient l’envie de me rapprocher un peu plus de la nature en réalisant des fleurs qui se hissent sur des tiges de bambou. Viennent aussi les carrelages de toutes les couleurs unis ou décorés qui, selon mon humeur créent une fresque colorée, bigarrée.

Travailler la terre ? C’est comme un espace, une pause hors du temps, un réel bonheur … Créer avec la terre, c’est respecter sa beauté à chaque instant.

Patricia

ODETTE POCHET

« Amour de la terre, miaulement des buches qui craquent, invite à la mutation, à la sublimation, en passant par le quantique : ce cantique chante dans mon cœur. Il loue ses bienfaits. Celle de cette matière noble, et riche, sauvage, douce ou tendre, rêche, et granuleuse, qui toujours m’attire et m’inspire.

Chaleur des braises et du feu : étincelles de création, passant par le rugissement des flammes. Rougeoiement de chaleur, et densité de sensations, de crispations, de lâcher prise, enfin ! Beauté de femmes sortant de leur linceul, femmes voluptueuses, femmes mères, Terre Mère … Couples en recherches de leur équilibre intérieur, dansant la Vie, et, chantant l’Amour.

Une mélopée tendre, passionnée, dansante me sort des mains. Elle suggère les élans qui me mènent par les sens, me lancent dans la spirale de la création pure, légère, dense, jusqu’à la réalisation que je n’attendais pas. Elle se montre alors dans toute sa force, son élégance, sa chaleur, et sa grandeur devant mes yeux éblouis. La terre me nourrit, elle est dans ma Vie, elle est ma Vie : je suis la Terre, je suis femme sortie de la glaise. »

Odette.

ODETTE POCHET

« Amour de la terre, miaulement des buches qui craquent, invite à la mutation, à la sublimation, en passant par le quantique : ce cantique chante dans mon cœur. Il loue ses bienfaits. Celle de cette matière noble, et riche, sauvage, douce ou tendre, rêche, et granuleuse, qui toujours m’attire et m’inspire.

Chaleur des braises et du feu : étincelles de création, passant par le rugissement des flammes. Rougeoiement de chaleur, et densité de sensations, de crispations, de lâcher prise, enfin ! Beauté de femmes sortant de leur linceul, femmes voluptueuses, femmes mères, Terre Mère … Couples en recherches de leur équilibre intérieur, dansant la Vie, et, chantant l’Amour.

Une mélopée tendre, passionnée, dansante me sort des mains. Elle suggère les élans qui me mènent par les sens, me lancent dans la spirale de la création pure, légère, dense, jusqu’à la réalisation que je n’attendais pas. Elle se montre alors dans toute sa force, son élégance, sa chaleur, et sa grandeur devant mes yeux éblouis. La terre me nourrit, elle est dans ma Vie, elle est ma Vie : je suis la Terre, je suis femme sortie de la glaise. »

Odette.

Josiane Renson

 

« C’est l’envie de la troisième dimension qui m’a amenée à ajouter la sculpture à ma passion pour la peinture.

La terre s’est imposée par le bonheur de toucher, pétrir, caresser le matériau fondamental de toute vie. »

J.Air